Archives de
Étiquette : crème d’avoine

Tarte toute simple aux épinards

Tarte toute simple aux épinards

Il est de matins comme ça, où, de bon pied levée, J’aime anticiper les plaisirs de la journée C’est ainsi que, parfois, de derrière la fenêtre mes deux chats peuvent assister Au ballet tranquille et sage de Tara préparant, Dès poltron minet … Un diner vert et croustillant ! (Veuillez pardonner la photo, un peu « dépouillée » : j’étais ce soir-là d’humeur rustique …) En fait, c’est très simple, il me suffit d’avoir sous la main un sachet d’épinards en branches…

Lire la suite Lire la suite

Risotto aux pleurotes grises et chèvre sec

Risotto aux pleurotes grises et chèvre sec

(Demain je vous réponds toutes, c’est promis … ) J’aime bien cette photo. Lundi soir, 19 heures 45, juste avant la pluie, ton ciel qui t’inonde de gris. Qui devient lourd et si lumineux en même temps. Comme une présence. Tu es sortie pour faire des photos de ton tout premier risotto (depuis longtemps, en tout cas) et tu te laisses envahir par la lumière gris ardoise de ton ciel nordique. Pour un risotto D’habitude, tu n’en fais jamais, et…

Lire la suite Lire la suite

Gratinons le céleri !

Gratinons le céleri !

Encore une histoire de céleri branche, me direz-vous ? Certes, mon précédent billet en jetait les prémissesTout est bon dans le céleri branche :Ce post pour vous le prouver, une fois de plusOu comment d’une branche botter en bouche En fait, tout vient de cette question fondamentale que toute cuisinière peu ou prou économe finit par se poser un jour : « Mais que vais-je bien pouvoir faire des autres branches de cette botte de céleri ? » Vous l’avez reconnu :…

Lire la suite Lire la suite

Velouté de patates douces pour mai pluvieux

Velouté de patates douces pour mai pluvieux

Trois jours, Trois jours de pluie et de froidure, Trois jours qui n’ont pas démenti les Saints de Glace Seule consolation, elles sont encore au rendez-vous, malgré tout, malgré ces changements et les saisons disparues, tronquées, troquées … demeurent, restent, persistent celles que j’appelle « les trois sœurs » (parce que … pendant longtemps, je m’obstinais à les nommer « Saintes Glaces ». Aussi le féminin m’en est resté et son cortège en dentelle givrée ) Au passage, petit clin aux conseils de jardinage…

Lire la suite Lire la suite