BATTRE TON COEUR DE CHAUDRON

BATTRE TON COEUR DE CHAUDRON

Tu rentres d’une virée citadine : ambiance vacances sur
soldes, cars de touristes et familles en goguette, secondes démarques sur fonds
de comptoirs …

Dans cette ville qui te porte depuis tant d’années, dans
cette ville que tu connais par cœur, tu ne retrouves plus vraiment tes marques.
Jeu de mots facile …

Heureusement, sur la route du retour au bercail, tu t’arrêtes
chez ton épicier poète. Lui seul connaît les couleurs et les textures dont tu
raffoles … Il t’a gardé, derrière son comptoir, une caisse aux rondeurs
miroitantes : Royal Gala et abricots …

C’en est trop ! Tu défailles !

Ce soir, bien campée devant ta balance de cuisine, tu
épluches et vide d’une main fébrile ce
trésor de gentillesse.

Les peser ensuite et ajouter à peu près le même poids
de sucre  (les abricots sont déjà très
sucrés par nature …). Et quoi d’autre ?

Pur hasard ?! Sur la margelle du puits t’attend un
bouquet de lavande fraîche du jardin de ton voisin …

Aucun pesticide en vue sur ce joli butin …

Tu te laisses machinalement aller à l’égrener … Les
mettrai-je directement ou ferai-je un sirop ?

Grande question !

Bien sûr, tu n’as pas oublié le jus de trois citrons non
traités. Ils empêchent tes pommes de noircir et t’apportent leur pectine si
utile à la cuisson. Du moins, est-ce ce que tu as cru comprendre après avoir lu
moultes recettes de la grande Christine Ferber. Maître incontestée et
incontestable en la matière.

Le zeste de l’un d’eux, tu ajoutes par-dessus tout, avant de
bien mélanger.

Couvrir ton récipient et le mettre dans un endroit
frais et sec. C’est parti pour une nuit de délices ! Macérez Ô fruits !
Que l’alchimie opère !

 

Bon. Espérons que la tante Clara qui sommeille en toi aura
eu la bonne idée de ne point se manifester pendant l’opération !

Tu croises les doigts et décroche ton chaudron de sorcière !
Voilà bien longtemps qu’il n’a plus servi !

Je déclare donc ré-ouvert mon petit atelier de confitures.
Sans tambour ni trompettes ! Prenez-le, Ô lecteurs, comme le simple récit
des diverses rencontres végétales d’une espèce de nomade. Entre ville et
campagne.Une drôle de fée, à la baguette parfois un peu coincée !

Bien sûr, la suite de cette aventure vous lirez dès demain !

Mieux qu’une série ?!

Sait-on jamais !

A bientôt sur ma planète !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.